Date : le 8 février

Lieux :grotte de Pailler dite « Mino », grotte de la Poirelle (aussi nommée l’Igue Noire) et grotte de Mazaire aux environs de Saint-Pierre-de-Maillé (86)

Participants : Dominique, Solenn, Camille, Nicolas et Anne-Lise

C’est après un départ fort matinal que le petit groupe se rend dans les environs de Saint-Pierre-de-Maillé pour une journée bien remplie. Au programme pluie et vent bien sûr (saison oblige) mais avant tout dépense physique et découverte de cavités différentes et surtout riches en chauve-souris et étroitures !!!

Après plus de 2h de route et  une marche d’approche très courte nous arrivons à l’entrée de la Grotte de Pailler dite « Mino » et très vite le ton est donné, va falloir se faire tout petit !!! Etroitures et petites escalades permettent de tester le nouveau matériel (combinaison flamboyante pour Camille et genouillères vraiment bienvenues pour moi !!) Le passage d’une étroiture à l’aveugle nous a permis d’aiguiser d’autres sens et de réaliser que parfois la vision nous jouait des tours nous faisant croire que l’on ne passerait jamais. Malheureusement ça ne marche pas à tous les coups : non Camille tu as beau éteindre la loupiote si c’est bouché…bah c’est vraiment bouché !!! Enfin tout est bien qui finit bien, vers 15h30 on pointe le bout de notre nez en dehors de la cavité. Direction la Grotte de Poirelle pour un petit repérage en vue de prochaines aventures.

Nous nous rendons ensuite vers la Grotte de Mazaire pour la deuxième partie des festivités. Après un bon petit repas-goûter emmitouflés au chaud dans le camion, on s’enfonce dans une forêt enchantée à la recherche de l’entrée de la cavité. Quelle déception de voir qu’une vraie échelle avait été mise en place et que nous ne pourrions pas utiliser la magnifique échelle de poupée du club ! Dès l’entrée nous tombons dans une grande salle tapissée au sol d’excrément de chauve-souris laissant présager une rencontre avec Batman ! Nous avons pu découvrir deux autres salles marquantes par la couleur rosée des parois et après une sieste bien méritée (bercés par la minute cinéma de Solenn et ses films d’horreur version spéléo) nous avons tenté d’attaquer la quatrième salle. Malheureusement seul Dominique, chargé de photographier les chauves-souris de cette salle afin de les recenser,  a pu accéder à cette partie compte tenu du gaz carbonique important. Après avoir repris notre souffle nous avons regagné la sortie, bien contents d’avoir pu profiter une fois de plus de la beauté cachée de la Nature. Après un rapide nettoyage du matériel (partie préférée de Nicolas) c’est de nuit et sous la pluie battante que tout le monde est rentré bien au chaud, la tête remplie de belles images…

CR/A-L D